Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corps-Esprit

ASAEA ou les maladies d’Amour ..s

11 Février 2016 , Rédigé par Asclepiade Publié dans #A méditer

ASAEA
ASAEA

ASAEA mais c’est quoi une nouvelle association de soutien .... Non pas du tout, c’est une simple abréviation mais certainement un combat quotidien

Aimer, S’Aimer, Etre Aimé(e)

Mais où est le rapport entre les maladies et cette abréviation qui pourrait prôner au fronton de la secte machin chose du soleil couchant le matin ?

ASAEA est un travail à faire sur soi, envers les autres, pour les autres. Notre mental gère notre corps et même nos émotions depuis trop longtemps, cette gestion bride notre corps, notre cœur, notre esprit .. (Sous entendez notre âme)

La langue Française est superbe mais manque un peu de vocabulaire pour Aimer

On peut aimer le camembert et aimer quelqu’un (qui peut sentir le camembert), d’autres langues ont bien plus de nuances que notre bon vieux français qui est pourtant bien compliqué.

.

Vous me direz… il y a "adorer" !! Oui mais on peut aussi adorer le camembert et adorer, c’est signe d’adoration, vous voyez vous prosterner devant la personne que vous aimez ... ou pire !!! devant un camembert ?

Allez ! Revenons à cette notion qui est pour moi la plus importante pour retrouver la santé.

Aimer, vous me direz, c’est simple, j’aime ma compagne, mon compagnon... Mais Aimer l’autre, est-ce seulement avec le cœur ? N’êtes vous pas avec une personne car elle vous rassure sur le plan matériel, ou sur sa façon d’être ou parce qu’elle est le modèle que vos parents ou la société vous a inculqué, ou tout autre chose ?

Lorsqu’en consultation, je demande à un patient s’il s’aime … Là, les réponses sont un peu confuses, il est rare d’avoir une réponse franche. Si cependant cela arrive, il faut déterminer s’il s’agit d’une vérité vraie (on a bien eu de vrais faux passeports !!) ou si en effet nous sommes devant un cas (pas si rare) de narcissisme.

Ensuite il y a le syndrome de l’infirmière (j’ai plein d’expression à moi … comme le syndrome de l’instituteur, le syndrome du matheu, etc etc ..) Ce syndrome (qui n’est évidement par une maladie) est tout simplement … J’aime l’humanité mais je m’oublie.

Donc l’infirmière s’aime.. si peu en général (n’oublions pas qu’il ne faut jamais faire de généralités) qu’elle va aimer l’autre à outrance, en s’oubliant, en oubliant ses proches (sauf s’ils sont malades), donnera énormément de temps et d’attention à l’autre. Les proches seront un peu délaissés et finiront pas s’en lasser (le mieux serait de s’enlacer). On pourrait appeler cela le syndrome du sacrifice que l’on retrouve chez certaines mères de famille.

Elles se sacrifient tellement pour leurs enfants, qu’elles oublient de s’aimer et d’aimer leurs proches (mari inclus)i, après quelques années les enfants qui penseront à eux (et ils ont bien raison) partiront à l’aventure et à la découverte de ASAEA, laissant une mère effondrée qui hurlera "Après tout ce que j’ai fait pour eux!!!", elles se retourneront vers le mari qui lui aura peut être trouvé le EA (être aimé) chez une autre personne, elle finira par faire une dépression, une spasmophilie, fibromyalgie ou bien plus grave pour être aimée.

On peut philosopher des heures sur ASAEA mais il est bon de comprendre qu’ici et comme partout, il faut trouver la voie du milieu, le juste cheminement entre deux extrêmes.

Il faudrait donc pouvoir Aimer à 100%, S’Aimer à 100% et Etre Aimé à 100% ou pour les plus pessimistes et les ultralogiques (la leur !) Aimer à 33.33%, S’Aimer à 33.33% et Etre Aimé à 33.33%, bref chacun voit ce concept suivant ses yeux, son cœur et son mental.

C’est chouette votre théorie monsieur, mais je ne vois pas le remède ?

Je pourrais faire une pirouette qui n’en est pas une … le remède est en vous, c’est vrai et faux. Vous pouvez apprendre à vous aimer, par exemple lors de séances d’EFT, la phrase est "même si j’ai ce problème, je m’aime et je m’accepte totalement "

Il est toujours amusant de constater que lorsque j’applique l’EFT en cabinet, un nombre important de patients bloquent sur le " je m’aime ", c’est toujours un regard gêné, ou la langue qui fourche ou ils oublient en quelques secondes la phrase !

Nous sommes dans un monde judéo-chrétien où le fait de s’aimer est une forme d’égoisme, je m’aime donc je suis égoiste, voilà comment cela résonne dans notre cerveau ! Mais pourquoi donc ! Nous serions toutes et tous filles et fils de Dieu, nous serions même fait à son image ! Dieu ne s’aime pas … c’est un scoop !

Apprenez donc à vous aimer, même si au début vous n’y croyez pas … Mentez vous ! Même si j’ai toujours mal au dos, je m’aime et je m’accepte totalement, c’est aussi aimer non pas la maladie mais le message de le mal à dit. Votre corps vous hurle " occupes toi moi !! "

Ne confondez pas s’aimer et vous mirez dans le miroir, s’aimer c’est accepter ce que nous sommes sans tomber dans l’excès (toujours la voie du milieu) vous n’allez pas aimer votre petit bouée autour du ventre simplement pour vous justifier de ne pas faire un peu d’effort physique ou alimentaire …. Houla !! Mais c’est compliqué votre théorie !!

Pourquoi ? Vous pensiez que l’Amour était simple ? Gardez en mémoire ASAEA, si vous aimez une personne, si vous vous aimez et que vous êtes aimé … Gardez vos rondeurs, mais si vous sentez bien que ça bloque un peu dans l’équilibre ASAEA, travaillez un peu ce problème

Gardez à l’esprit que ASAEA est toujours corrompu par des tas de choses, nous venons de le voir avec la religion, la société, la famille … pas toujours facile de s’aimer sereinement.

C’est encore plus compliqué d’aimer

Nous aimons souvent par carences affectives et/ou par peur, peur d’être seul(e), peur de manquer (d’affection, d’argent …) Nous aimons également par programmation sociale, familiale, … j’ai 20/25 ans voire 30 ans je suis célibataire, ça n’est pas normal pour la société . J’ai 35 ans et pas d’enfant ça n’est pas normal … votre entourage se demandera même si vous n’êtes pas homo ! Et si vous êtes en couple se demandera si un de vous deux n’a pas un problème pour faire des enfants … Ah les jugements à l’emporte pièce sont tellement faciles !

Ce qui est bon de retenir est que la notion d’Amour est à la fois simple si on écoute son corps et son cœur mais devient très complexe si l’on n’écoute que son mental.

Après tout, nous sommes prisonniers de tas de choses, parfois même de vieux réflexes conditionnés Mais aussi par une nouvelle forme de bonheur à tout prix.

Par exemple, La soi-disant libération sexuelle a même entrainé d’autres carcans, monsieur doit faire l’Amour non stop, nous n’avons plus un amant mais parfois un marathonien et madame doit être aussi libérée que la star de porno vue sur canal+ la veille !

Et la tendresse bordel !! Simplement sa main sur la votre , simplement un regard complice. Simplement imaginer que madame n’aura plus ses belles courbes et que monsieur en aura attrapées au niveau du ventre car il est une chose importante dans ASAEA, Aimer n’est pas automatiquement Aimer l’autre, mais aussi Aimer les autres.

Une fois le couple créé, il aura l’envie de porter son Amour ailleurs car il faut bien déverser ce trop plein (si trop plein il y a … Dans le cas contraire … changez de couple) . Ce trop plein se déversera sur les enfants sans tomber dans le piège d’oublier le « S’Aimer » et par la suite il faudra voir plus loin … la suite logique est d’aimer les petits enfants mais la suite logique peut être aussi Aimer l’autre, le SDF, le gars paumé, la mamie qui est seule chez elle, bref Aimer les autres, mais toujours sans oublier de S’Aimer

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Domitille 14/02/2016 13:15

Aimer, s'aimer, être aimé... C'est juste en effet. L'amour avec un grand A. L'Amour ultime, celui qui passe directement par le Coeur. Quelque soit sa forme, il s'agit de le faire rayonner en soi, pour pouvoir le voir se déverser naturellement, sans effort autour de soi... et de le voir revenir démultiplié. Comme une boule d'énergie, toujours présente, toujours disponible... Encore faut-il laisser son Coeur ouvert à tous les possibles... Pas toujours facile ! Merci pour ton article ;)

Asclepiade 20/03/2016 13:19

Merci pour votre commentaire. Je vais tenter de donner mon point de vue... Le gros problème actuel est que beaucoup de personnes ne s'aiment pas ou mal. Ils vivent trop souvent l'Amour par procuration. Le modèle... si modèle il peut avoir ( ça a une consonance "mathématique") est somme toute que le modèle "judéo-chrétien", on peut dire qu'il a été testé sur plus de 2000 ans et quelle est la résultante (si on voit toujours ça sous la forme mathématique :o) .... Une grande majorité d'hommes et de femmes dans la souffrance, la frustration, l'insatisfaction. J'estime que 10 à 15% des couples sont réellement en Amour, ça fait peut pour un modèle qui existe depuis très longtemps. D'un autre coté je n'ai pas de réponses à votre interrogation.. le célibat ..pourquoi pas ! le polyamour (terme à la mode) pourquoi pas ! ..La vraie question serait peut être "peut on combler à 100% une personne et une personne peut elle nous combler à 100% ...A méditer également :o)

Wil 20/03/2016 12:39

Effectivement, dès l'apparition des enfants, la maman déverse TOUT son amour sur sa progéniture (ce qui est en grande partie naturel) et le mari est systématiquement délaissé voire rejeté. Et là, c'est vraiment pas cool et le couple se découple en se décuplant. Le trop plein que tu enonces devrait pouvoir se répartir, se partager et devenir équitable offrant au passage un bel équilibre couple/famille. Mais encore faut-il garder les yeux ouverts, rester attentif et vigilant (oui, se regarder, s'observer chaque jour pour ne pas être surpris par des rondeurs, des rides ou un corps moins jeune) pour garantir la source que représente les parents pour leurs enfants. Le "modèle" d'un couple en vie (c'est à dire qui fonctionne bien) n'est-il pas une vraie valeur d'Amour pour les enfants ? Continuer à alimenter cette source n'est-ce pas la garantie d'une évolution et d'un développement ensemble harmonieux ? Certes, à méditer ...

Asclepiade 14/02/2016 13:28

Un vrai défi oui ! :o)