Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corps-Esprit

Pour la Saint Valentin

14 Février 2016 , Rédigé par Asclepiade

Pas de fleurs, de chocolats, de restos, mais comprendre qu'il n'y a pas de hasard, que l'autre est là pour nous faire comprendre des choses, nous faire grandir, parfois avec Amour, parfois dans la douleur

Les personnes que nous aimons, que nous avons aimé ont toutes apportées à notre vie, une pierre à l'édifice. Il est parfois dur d'accepter que celui ou celle qui nous a fait souffrir avait une part à jouer dans notre évolution.

Devons-nous toujours souffrir pour comprendre des choses ?

Oui tant que la femme et l'homme resteront prisonnier(e)s de patterns imposées par la famille, la société, la religion...

Arrêtons de vouloir tout gérer, rien ne se gère et le coeur est là pour nous le rappeler souvent. Tout comme les émotions, une vie ne se gère pas ... elle se libère, c'est un travail de chaque jour, de chaque seconde ...

Libérez-vous, libérez votre corps des toxines, votre esprit des pensées limitantes et votre coeur de vos peurs ....

Simplement pour celles et ceux qui s'aiment, cette chanson qui résume à elle seule ce qu'est le défi de l'Amour

Vous aimez ? vous êtes aimés ? Savourez cette chance

Il n'est pas de hasard, il est des rendez-vous, pas de coïncidence
Aller vers son destin, l'amour au creux des mains, la démarche paisible
Porter au fond de soi, l'intuition qui flamboie, l'aventure belle et pure
Celle qui nous révèle, superbes et enfantins, au plus profond de l'âme
Porté par l'allégresse, et la douceur de vivre, de l'été qui commence
La rumeur de Paris, comme une symphonie, comme la mer qui balance
J'arrive au rendez-vous, dans l'épaisse fumée, le monde me bouscule
Réfugié dans un coin et observant de loin la foule qui ondule
Mais le choc imminent sublime et aveuglant, Sans prévenir arrive.

Je m'avance et je vois, que tu viens comme moi, d'une planète invisible

Où la pudeur du cœur, impose le respect, la confiance sereine
Et plus tu t'ouvres à moi, et plus je m'aperçois que lentement je m'ouvre
Et plus je m'ouvre à toi, et plus je m'aperçois que lentement tu t'ouvr
es


Il fut long le chemin et les pièges nombreux avant que l'on se trouve
Il fut long le chemin les mirages nombreux avant que l'on se trouve
Ce n'est pas un hasard, c'est notre rendez-vous, pas une coïncide
nce.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article