Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corps-Esprit

Le régime du Dr Seignalet ou comment se soigner en mangeant

16 Juillet 2011 Publié dans #Alimentation et compléments

Avant tout, je tiens à remercier le forum "l'appart"

Une équipe sympa pour toute personne désirant faire le régime du Dr Seignalet

    Accèdez au forum l'appart ici

 

 

L'Alimentation ou la Troisième Médecine Dr Jean SEIGNALET

 

Le régime hypotoxique recommandé par le Dr Jean Seignalet, est un régime / un mode alimentaire sans gluten (protéine des céréales pas ou mal assimilée), sans caséine (protéine des laitages) et sans maïs. NB : Le maïs est aussi une céréale ayant mutée au même titre que le blé.

On désigne souvent ce régime par le sigle SGSC (Sans Gluten Sans Caséine), dans un souci de simplification, mais ce raccourci peut induire en erreur le néophyte lorsqu’il tente de mettre en adéquation les principes du régime hypotoxique avec les ingrédients figurant sur sa liste de courses au supermarché (ou au mag bio).

Ce régime respecte aussi la nature des aliments : Privilégie la cuisson vapeur (plus douce) et / ou brève. En effet, l'alimentation moderne est fort éloignée de l'alimentation ancestrale à laquelle les enzymes et la muqueuse intestinale étaient / sont adaptées.

 

Or, si certains aliments sont peu ou mal digérés (car nos ne disposons pas des enzymes digestives appropriées), des macromolécules alimentaires passent la barrière en brosse de nos intestins et se retrouvent dans la circulation sanguine … Alerte aux intrus ! (perçus comme allergènes).

 

Lorsque nous mangeons « déséquilibré » de manière récurrente (quotidiennement), la flore intestinale est modifiée ou appauvrie. Elle se transforme et fermente, avec, dans certains cas, prolifération de certaines bactéries dangereuses … Ce déséquilibre perpétuel agresse notre muqueuse intestinale et, à la longue, la barrière intestinale devient trop perméable … Progressivement le terrain va se modifier : un dysfonctionnement et / ou une surcharge s’installeront peu à peu.

L’organisme aura alors de plus en plus de difficultés à assimiler et à éliminer … Une pathologie s’installera : maladie d'encrassage ou maladie auto-immune. Nestor, L'équipe de l'Appart

 

PLUS D'EXPLICATIONS

 

L'Alimentation ou la Troisième Médecine
Dr Jean SEIGNALET : Principes de la méthode Seignalet (guidelines).
Cette approche succincte est forcément partielle et donc incomplète mais elle permet à la plupart des lecteurs de saisir l’impact sur la surexposition du système immunitaire.

*) Préambule :
Bien des médecins et chercheurs considèrent, suite à une spécialisation outrancière, que l’alimentation n’est pas un élément déterminant dans l’approche de la guérison. Et si certains l’admettent, confrontés au succès rencontrés par certains de leurs patients qui ont décidé de se prendre en charge, c’est souvent sous forme de concession, du moins au début : « Cela ne peut pas faire de mal … ».
« Primum non nocere », aurait dit Hippocrate : « D'abord, ne pas nuire » (410 av. J.-C.). Et pour cela il faut une approche holistique (globale). Il ne faut donc pas se contenter de soigner une partie du corps, en se focalisant sur les symptômes qui ne sont que le révélateur d’un mal souvent profond, parfois ancien …
Notez que ce qui suit n’est pas « que » la synthèse du livre de Seignalet.

*) Terrain héréditaire :
Il faut bien avouer qu’il existe des facteurs héréditaires favorisants, appelés gènes de susceptibilité. Mais ils sont loin d’être suffisants, dans la grande majorité des cas (15 % comme facteur déterminant seulement).
Le concours de facteurs environnementaux est nécessaire. Il est vrai que les diverses pollutions fragilisent le terrain : produits chimiques, pollutions (radiations et bruits compris), tabac et autres excès (burn out, alcool, médicaments) compliquent fortement le travail d’élimination / régénération. Nous mettons à forte contribution notre foie et nos reins. Nous sollicitons continuellement notre banque d’enzymes pour assimiler ou neutraliser / évacuer ces excès. Notez bien que sans enzyme, il n’y a plus de vie : La vie s’arrête …

*) Théorie d’encrassage :

Or, certains naturopathes affirment que la plupart des maladies (80 %) ne sont que la conséquence d’un encrassage de notre organisme. Nous tombons « malades » lorsque notre organisme sort / évacue les poubelles. Dans ce cas l’organisme n’arrive plus à traiter / évacuer les excès en douceur. C’est comme si vous aviez conservé les excès de déchets produits pdt 6 semaines : Les éboueurs ont refusé l’excès de travail et ils n’ont emporté que la moitié de vos immondices pdt 6 semaines, tout en vous mettant en garde et en essayant de vous appeler à la modération. Vous avez alors ignoré l’avertissement et vous avez enfoui, entassé ces déchets dans la cave, et vous n’y avez plus pensé, jusqu’au jour où une odeur pestilentielle s’est fait sentir (pathologie d’encrassage).

Un grand nombre de macromolécules bactériennes et alimentaires sont susceptibles de pénétrer l'organisme humain. Le principal responsable de cette situation est « l'alimentation moderne » (processed foods => aliments manufacturés).

L'alimentation moderne est fort éloignée de l'alimentation ancestrale à laquelle les enzymes et la muqueuse intestinale étaient / sont adaptées. Les principaux changements sont :

- La consommation de laits animaux et de leurs dérivés de manière récurrente (habituelle) et souvent excessive ;
- L'ingestion de céréales mutées et cuites ;
- La prise de nombreux produits manufacturés ;
- Un mode de cuisson peu respectueux (trop cuit, trop longtemps, baignant dans l’eau, etc.) ;
- L'utilisation d'huiles dénaturées (raffinées, hydrogénées ou tout simplement cuites);
- La présence de nombreux additifs alimentaires ;
- Une nourriture déficiente, pauvre en vitamines et certains oligo-éléments.

*) Impact de l’alimentation manufacturée
1) Certains aliments sont peu ou mal digérés, car nos ne disposons pas des enzymes digestives appropriées. Des macromolécules alimentaires passent la barrière en brosse de nos intestins et se retrouvent dans la circulation sanguine … Alerte aux intrus ! (perçus comme allergènes).

2) Nous mangeons « déséquilibré ». La flore intestinale est modifiée ou appauvrie. Elle se transforme et fermente : En cas d’excès de sucre (céréales par exemple), il y a fermentation de cette flore. En cas de mauvaise digestion des protéines, il y a putréfaction (nettement plus nauséabond quand vous allez à selles), avec prolifération de certaines bactéries dangereuses …
NB 1 : Il y a souvent un excès de protéines car notre stock d’enzymes est « prévu » pour digérer / assimiler +/ 30 g de protéines. Dans 100 g de viande il y a +/ 20 g de protéines. Une portion de viande ne devrait donc pas dépasser 150 g.
NB 2 : Dans certains cas nous ne disposons pas des enzymes appropriées ou ces enzymes sont inhibées : Une substance empêche le métabolisme de fonctionner correctement …
Les pathologistes parlent alors de leucocytose digestive : notre système immunitaire essaye d’absorber / neutraliser ces macromolécules ou bactéries.

3) Ce déséquilibre perpétuel agresse notre muqueuse intestinale, assez mince (villosités de la barrière intestinale).
NB : Notre paroi intestinale se présente sous la forme d’un mur dont les briques sont descellées et laissent passer la pluie et le vent (jonctions serrées non étanches).

A la longue la barrière intestinale devient trop perméable : les anglo-saxons parle du leaky gut syndrome (l’intestin qui fuit).

*) Macromolécules
Selon le terrain rencontré, les macromolécules qui passent la barrière intestinale n’auront pas toutes la même composition. La composition de ces molécules est variable d'un sujet à l'autre : Elle dépend de la flore intestinale, donc du mode alimentaire ; elle dépend de la capacité des individus à synthétiser des enzymes pour catalyser les réactions. Dit plus clairement, ces enzymes vont découpler / scinder les aliments en nutriments : les protéines en acides aminés, les huiles et graisses en acides gras plus ou moins insaturés, les amidons et glucides en sucres simples.

Ces nutriments seront ensuite transformés alors en molécules biodisponibles et seront acheminées vers leur site de destination (cellule ou tissu), avec une plus ou moins grande affinité. Parfois cela se passera bien et vous ne remarquerez rien ou à peine un coup de fatigue pdt le processus de digestion ; parfois un dysfonctionnement et / ou une surcharge s’installeront peu à peu et déclencheront une pathologie.

*) Pour une activité enzymatique efficace
On compte une cinquantaine de NUTRIMENTS INDISPENSABLES
- 8 acides aminés,
- 13 vitamines,
- 2 acides gras insaturés (d’où l’appellation « Acides Gras Essentiels »),
- une vingtaine de minéraux et oligo-éléments,
- plus un certain nombre de molécules, comme le cholestérol, qui peuvent être en partie synthétisées à partir des nutriments cités ci-dessus.

La finalité de nombre d'entre eux est d'assurer une activité enzymatique efficace, comme déjà précisé: Les enzymes sont en effet le cœur du problème. Et bien sûr nous veillerons à limiter les perturbateurs et à placer les enzymes / les catalyseurs de réaction dans les meilleures conditions appropriées (régime hypotoxique, notamment).

*) Il y a 3 types de pathologies
Les macromolécules mal décomposées / assimilées peuvent provoquer trois sortes de pathologies :
- maladies auto-immunes (majorité des PR, spondylarthrites, etc.)
- maladies d'encrassage (75 % des diabètes de type 2, de l’arthrose, des fibromyalgie, etc.)
- maladies d'élimination (plus de 90 % pour : acné, colite, rch, asthme, rhume des foins ; 75 % pour le psoriasis, etc.).

*) Un peu d’immunologie
L’alimentation SEIGNALET ne s'adresse pas véritablement aux maladies génétiques vraies, type mucoviscidose ou phénylcétonurie, mais aux maladies auto-immunes. Il y a bien un facteur génétique mais il ne concerne pas un enzyme, mais un groupe HLA (gène de susceptibilité, en effet).
D'après SEIGNALET (c’est l'apport le plus important de sa méthode), un antigène qui est le plus souvent bactérien, mais probablement alimentaire dans certains cas, va en se fixant sur des structures tissulaires HLA, modifier ce "récepteur HLA", qui devient "antigénique ".
C’est « la perte de reconnaissance du soi » d'après la médecine officielle;
pour SEIGNALET c'est une "modification du soi".
C'est un point qui oppose nettement les deux approches.

*) Vocabulaire : groupe HLA
IL existe à la surface des globules blancs (ou leucocytes) des protéines de plusieurs types que l'on appelle Human Leucocyte Antigen ou H.L.A. Elles caractérisent un individu, un peu comme les protéines retrouvées sur les globules rouges, pour les groupes sanguins, mais en plus complexe encore.

Le groupe HLA est donc défini / caractérisé par des antigènes à la surface des globules blancs et de toutes les cellules à noyaux de l’organisme. Il représente une carte d’identité des tissus d’une personne donnée. En simplifiant, nous dirons que le groupe HLA est aux globules blancs, ce que le groupe sanguin est aux globules rouges.

NB : Posséder un gène HLA d’un certain type n'est pas suffisant pour développer une pathologie, telle la polyarthrite rhumatoïde (PR), et il existe de nombreux cas de PR ne possédant aucun gène de susceptibilité. Cette notion est très complexe et fait encore l’objet de discussions entre immunologistes …

*) Vocabulaire : Le soi, le non soi, l'immunité innée.
Nous distinguons l’immunité innée de l’immunité acquise.
En effet, notre corps est doté à la naissance d’un certain nbre de mécanismes de défense (immunité innée). Nous avons plusieurs types de barrière de protection, telle la peau ou la salive, ou plus complexe comme les barrières biologiques, càd des substances produites par l'organisme : l’interféron, l’interleukine, les facteurs de complément, etc. par exemple.
Dés la naissance nous sommes « agressés » par de multiples agents extérieurs, susceptibles d’altérer / influencer notre vitalité et donc notre santé. Notre système immunitaire évolue et s’améliore progressivement, en général, au contact des agents extérieurs. Dans cette optique il est capital de rappeler l’importance de nourrir le nouveau né au sein maternel. Le système immunitaire sera alors bien souvent nettement moins susceptible (…).

Notre corps essaye de s’adapter à l’environnement : L’organisme adopte une réaction de reconnaissance ou de rejet (antigène). Ce phénomène de sensibilisation est plus ou moins marqué selon les individus (…).

Chaque cellule de notre corps possède une carte d’identité, caractérisée / déterminée par des protéines de marquage (protéines CMH : protéines du Complexe Majeur d’Histocompatibilité). Ces protéines sont marquées afin d’être identifiées par l’organisme comme appartenant au corps ou non, comme intrus ou non. Toute molécule ne possédant pas ce marquage est considérée comme étrangère: le non-soi, et sera donc détruite ...
Malheureusement, dans certains cas, le système de protection devient hyperréactif, trop réactif : Réponse mal proportionnée, non adéquate (…), souvent suite à un lent processus de surexposition (toxines diverses), et / ou suite à un déséquilibre alimentaire qui modifient l’équilibre homéostasique. Il y a encore bien d’autres pistes à envisager ! Nous simplifions ici…
Dans certains cas la réaction est occasionnée par des macromolécules qui franchissent la barrière intestinale (donc non assimilées et décomposées) et sont perçues aussi comme intrus.
C’est ici que le lien s’établit naturellement avec le régime hypotoxique du Dr Jean Seignalet.



*) Régime hypotoxique
Le régime hypotoxique recommandé par le Dr Jean Seignalet, est un régime / un mode alimentaire sans gluten (protéine des céréales pas ou mal assimilée), sans caséine (protéine des laitages) et sans maïs.
NB : Le maïs est aussi une céréale ayant mutée au même titre que le blé.

On désigne souvent ce régime par le sigle SGSC (Sans Gluten Sans Caséine), dans un souci de simplification, mais ce raccourci peut induire en erreur le néophyte lorsqu’il tente de mettre en adéquation les principes du régime hypotoxique avec les ingrédients figurant sur sa liste de courses au supermarché (ou au mag bio).
Ce régime respecte aussi la nature des aliments : Privilégie la cuisson vapeur (plus douce) et / ou brève.

*) En pratique
Il est recommandé de commencer un repas avec des produits crus et de poursuivre avec des produits cuits.
Tous les légumes sont autorisés, crus ou cuits, mais un légume cuit perd la plupart de ses enzymes, sauf si vous êtes devenu spécialiste de la cuisson douce, à la vapeur, mais cela n’est malheureusement pas conseillés pour toutes les vitamines : Il y a un seuil de dégradation (…).
Pour la cuisson, il faut essayer de modérer la température: moins de 110° ce qui ne pose pas problème pour les modes de cuisson à la vapeur ou à l'étouffé (à très petit feu dans une cocotte avec couvercle, jamais dans une marmite à pression car cela déstructure l’aliment).

Pour le plat principal tout est autorisé SAUF le gluten et la caséine.
- On trouve principalement du gluten dans : le blé et dérivés (pain, semoule, pâte, etc.), seigle, orge épeautre + maïs et avoine.
- On trouve de la caséine dans : les produits laitiers (lait, fromage, yaourt, crème, beurre,...) de tous les animaux.
NB 1 : Les laits végétaux sont un excellent substitut pour les laits animaux : Laits d’amande, de riz, de noisette, par exemple.
NB 2 : Pour remplacer les céréales traditionnelles, il y a des farines de sarrasin, de riz... Le riz est autorisé, ainsi que le quinoa, l’amarante … Essayez de faire une tournante pour ne pas abuser : Tout est dans la dose (…).
Les poissons et crustacés sont conseillés, la viande est admise si elle n'est pas cuite trop longtemps ou à trop forte température (grillée) …

*) Rémission ou guérison
Le régime Seignalet permet souvent d’atteindre la rémission*, à tout le moins une nette amélioration des symptômes résultants des pathologies dites d’encrassage mais ne peut restaurer ce qui est profondément déformé ou abîmé, quoique Seignalet ait vu des rétablissements spectaculaires dans certains cas …
Il est toutefois essentiel de rectifier le tir et d’opérer le plus radicalement possible les changements de comportement qui s’imposent : nutritionnel et autres (…).
Mais sachez déjà qu’un grand nombre des nouveaux adeptes / partisans du régime ont commencé pianissimo, à leur rythme : Un petit pas devant l’autre. Il ne faut pas se décourager car il y a une période d’adaptation, de transition chez certaines personnes, +/ longue. Cela dépend de la personnalité, des goûts et des couleurs des individus …
Cependant, pour obtenir des résultats marquants, il est vivement conseillé d’adopter une attitude plus rigoureuse : En effet un régime appliqué sérieusement, sans entorse, donnent souvent 90 % de bons résultats, alors qu’une « légère » entorse à hauteur de 10 %, voire nettement moins, ne donnera que 50 % de résultats positifs, et encore pas dans tous les cas. En outre, dans ce dernier cas de figure, cela demandera davantage de temps avant de percevoir les effets bénéfiques …
* NB: Il s'agit d'une rémission et non d'une guérison. C'est donc un changement de régime effectué à vie ...

*) Le livre et son auteur
Jean Seignalet : L'Alimentation ou la 3e médecine
Auteur :
Le Dr Jean Seignalet est décédé en 2003, médecin immunologue à l'hôpital Saint-Eloi de Montpellier, a enseigné aussi à la faculté de médecine de cette ville. Pdt dix ans, il s'est intéressé à l'alimentation. Il est l'auteur de L'Alimentation ou la Troisième Médecine (collection Écologie humaine, François-Xavier de Guibert, 490 pages, 32 €.).

Achat du livre:
Veillez à ce que ce soit la dernière édition (5ème), car il y a un chapitre ajouté sur les enzymes (entre autres choses).
NB: L'Appart ne touche aucun bénéfice sur les ventes du livre. il n'est pas obligatoire de l'acheter pour entreprendre le régime ...

Nestor,
L'équipe de l'Appart.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article