Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Corps-Esprit

Dis ce que tu manges et je te dirai qui tu es

8 Mai 2022 , Rédigé par Asclepiade Publié dans #Alimentation et compléments, #décodage maladie

Un excellent décryptage du Dr Olivier SOULIER (source)

Dis moi ce que tu manges… Je te dirai qui tu es! C’est à peu de choses près ce que dit une nouvelle théorie sur le sens des désirs alimentaires.
A consommer… avec modération!

Vous adorez les tomates? Vous avez une imagination débordante. Vous ne supportez pas l’alcool? Vous avez peut-être des difficultés à regarder la vérité en face. C’est ce qui ressort de la théorie sur le sens des désirs alimentaires d’Olivier Soulier, un médecin, homéopathe et acupuncteur français.
Pour l’élaborer, celui-ci s’est basé sur sa propre pratique, mais aussi sur la symbolique des aliments, leur histoire et leur mythologie depuis l’Antiquité. «Les homéopathes savent que les désirs et les aversions alimentaires sont révélateurs de la personnalité, explique-t-il. Chaque aliment a une valeur physique, psychologique, symbolique et énergétique. Le corps sent, de manière innée ou par apprentissage selon les cas, l’effet que cet aliment-là lui fait. Pour maintenir notre équilibre physique et psychologique, nous avons besoin d’un certain nombre de minéraux, de protéines, de lipides, d’acides gras… Quand nous avons un déficit à l’un de ces niveaux, notre organisme appelle un aliment qui les contient. Dans ma pratique, je constate que les coïncidences entre nos envies alimentaires et notre vécu intérieur se vérifient.»
D’où l’intérêt d’observer quels aliments on aime (ou déteste: les deux aspects renvoient à la même question), ceux qui nous laissent indifférents (cela peut vouloir dire que la question ne nous concerne pas), ce dont on a envie ou pas, et comment ces envies évoluent au cours du temps. Sans trop généraliser cependant. «Il faut prendre ces informations comme de simples indicateurs, met en garde Olivier Soulier. Elles disent de quoi le corps a besoin pour aller bien; il ne faut cependant pas se laisser enfermer dans une interprétation. Mieux vaut suivre son ressenti.» Une leçon à retenir en tout cas: faites confiance à vos envies. Celles-ci révèlent les messages que votre corps veut vous transmettre.

Sucré/salé
Certaines personnes sont plus sucrées, d’autres, plus salées. Le sucre est symbole de douceur, de dépendance.«Au début de notre vie, explique Olivier Soulier, l’œuf fécondé tombe dans la paroi de l’utérus, gorgée de sucre. Toute notre vie, on va chercher ce sucre initial. D’abord dans le lait maternel, puis peu à peu avec nos propres ressources. C’est le symbole du passage de la dépendance à l’autonomie. Les gens sucrés sont souvent dans une forme de dépendance et recherchent une forme de douceur.» Le sel, lui, symbolise la civilisation, la compréhension du monde, l’ouverture, le détachement. «On a déjà remarqué, note Olivier Soulier, des enfants qui, confrontés à des drames, éprouvaient le besoin de manger du sel à la petite cuillère.»

La viande
Elle fait partie de notre alimentation de base, et ce depuis nos ancêtres chasseurs. «Elle nous ramène à notre force de base, suggère Olivier Soulier. Elle nous permet de conquérir notre territoire, d’avoir la force d’être soi-même sans agressivité.» Vous avez une soudaine envie de viande? Il se peut que vous ayez besoin de retrouver des forces pour gérer votre agressivité ou pour retrouver vos racines. Vous adorez la viande crue (américain, carpaccio…)? Vous êtes très proches de vos émotions de base ou vous avez envie de vous en rapprocher. Qu’on ne s’avise pas de vous dire: «Tu devrais faire ci, tu devrais faire ça.» Vous détestez la viande? Peut-être craignez-vous votre propre agressivité ou ne savez-vous pas comment la transformer en quelque chose de constructif.

Le lait
C’est le symbole maternel par excellence. Il renvoie à la relation avec la mère. 
Si vous aimez le lait chaud, vous avez envie de retrouver le bien-être que vous aviez avec elle. Idem si vous aimez le lait froid (ou les yaourts), à ceci près que vous rêvez d’amour maternel, mais pas tel que votre mère vous l’a apporté en réalité (soit parce qu’elle était peu disponible, malade…). Vous avez une intolérance au lait? Votre sevrage a été douloureux, à moins que vous n’ayez une relation de souffrance avec votre mère.

Le chocolat
On connaît bien les bienfaits du chocolat. Non seulement il contient du magnésium – sédatif -, de la caféine – tonifiante – et du tryptophane – à la base de la sérotonine, un anti-dépresseur, mais surtout il contient du PEA (phényléthylamine), une molécule sécrétée par le cerveau sous l’emprise de l’état amoureux. Avoir envie de chocolat, c’est donc avoir envie de ressentir le sentiment amoureux, soit parce qu’on ne l’a pas dans sa vie, soit parce que notre partenaire amoureux nous manque. «98 % des gens aiment le chocolat, ajoute Olivier Soulier. Les 2 % restants ont généralement dans leur histoire une blessure émotionnelle extrêmement forte et souvent masquée.»

Les épices
Modulateurs de l’alimentation, ils ont aussi une fonction antidépressive et sont considérés à la fois comme des aliments et des médicaments. «Ils aident la personnalité à se manifester, commente Olivier Soulier. Quand on aime les plats épicés, on estime que certaines parts de nous-mêmes ne sont pas assez mises en lumière et on aimerait les aider à se manifester. Si on les déteste, cela peut être parce qu’on n’a pas de problème avec ça ou parce qu’on ne veut pas admettre que certaines parts de notre personnalité sont complètement niées.»

L’alcool
«In vino veritas», dit-on. L’alcool symbolise la recherche de vérité, de sens. La moindre goutte d’alcool vous rend malade? Peut-être craignez-vous cette vérité. L’alcool vous fait dormir? Peut-être n’avez-vous pas envie d’être là. Vous êtes vite saoûle? Peut-être que vous êtes trop tendue et que vous avez besoin de vous lâcher.

Mais aussi…
Le citron Acide, il aide à gérer sa colère, à mettre ses limites. Les enfants en pleine phase du «non» ont souvent des envies d’acide. Tout comme les adultes en colère.
Les légumes verts Un peu amers, ils symbolisent les frustrations face aux rêves qui ne se sont pas réalisés, et nous aident à les digérer. Les enfants ne les aiment pas beaucoup, car ils n’ont pas encore d’amertume par rapport à leurs rêves.
Les huîtres Elles passent leur vie à filtrer l’eau pour se protéger du sable, alors que c’est du sable que naissent leurs perles. Pareillement, c’est de la souffrance qu’on cherche à éviter que naît le bonheur. Les huîtres nous interrogent sur cette notion de souffrance et ce qu’elle signifie pour nous.
Les tomates Si vous les aimez, il se peut que vous ayez une imagination débordante, et que vous passiez d’une idée à l’autre sans arrêt.
La sole Avec sa double face (une face blanche cachée dans le sable et une face visible en mimétisme avec son lieu de vie), elle peut symboliser que vous vivez la même chose: une part de vous-même très adaptée et une part que vous ne connaissez pas et que vous cachez.
Les frites En combinant les pommes de terre, liées à la terre, au quotidien, et l’effet protecteur de l’huile, elles sont le remède idéal lorsqu’on estime qu’on n’a pas une vie facile et qu’on a besoin de se sentir protégé. Ce n’est pas pour rien que tout le monde – ou presque – les apprécie.

Ceux qui adorent le jambon cru ou les mangues ne supportent pas qu’on leur mente.

Vous aimez le poisson? Vous vous intéressez sans doute à votre inconscient.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article